Aides au développement durable

Les femmes de Kouba transforment le manioque en tapioca et en kari sur des cuiseurs à bois économes fournis par l'association Les femmes de Kouba transforment le manioque en tapioca et en kari sur des cuiseurs à bois économes fournis par l'association

Aide au développement durable

Ce thème occupe également une place importante parmi l’ensemble de nos actions. Il touche des sujets préoccupants pour toute l’Afrique subsaharienne : Rareté de l’eau par manque de pluie et déforestation massive par l’utilisation du bois-énergie. A partir de ces constatations, la question s’est posée :

Comment pourrions-nous agir pour contribuer à l’amélioration de la vie des populations les plus défavorisées qui demeurent surtout en zones rurales, éloignées de tous moyens de communication. Après concertation auprès des autorités locales, nous avons retenu et donné la priorité aux projets suivants :
La construction de puits pour avoir de l’eau potable à disposition.
La construction de petites retenues d’eau pour créer ou développer les cultures maraîchères de proximité et pour abreuver les animaux domestiques.
La diffusion de cuiseurs économes en bois pour remplacer à terme les foyers traditionnels gros consommateur d’énergie.
L’ensemble de ces réalisations est confié à des entreprises et à des artisans locaux faisant l’objet d’un suivi régulier de la part de notre association et de nos partenaires sur place.

Historique des actions d'aide au développement durable

  1. Constructions de puits
  2. Retenues d’eau
  3. Cuiseurs

Encore aujourd'hui, de nombreux villages n'ont pas accès à l’eau potable. Les familles sont obligées d’aller la chercher dans le marigot le plus proche ou dans des trous creusés à la main dans les bas fonds lors de la saison sèche. Cette eau n’est pas potable et pourtant elle est utilisée pour la boisson, la préparation des repas, la toilette… Ceci n’est pas sans conséquences sur la santé des adultes et surtout sur celle des enfants.
La construction de puits et de forages dans les villages change la vie des habitants en leur donnant accès à l’eau potable toute l’année.

2007 :

-        Construction d’un puits à Gouandé.

2008 :
-        Rénovation du puits dans le village de Zanyori à Cobly.
-        Construction d’un puits à Pouri.

2011 :
-        Rénovation et équipement d’un puits à Gouandé.
-        Construction d’un puits à Keyambouské, village isolé.

2012 :
-        Construction d’un puits à Doga, village de Gouandé.
-        Fin des travaux de construction du puits à Keyambouské.
-        Restauration d’un puits dans le village de Touga, village isolé.

2013 :
-        Construction d’un puits dans le village de Tchari Kouanga à Gouandé.
-        Restauration d’un puits dans le centre de Gouandé (mises aux normes et dépollution).

2014 :
-        Construction d’un puits pour la ferme pilote de Nodi à Matéri.

2015 :
-        Construction d’un puits pour le village de Kouba à Kouarfa.
-        Construction d’un puits pour le village de Ouri Yori à Dassari.

2016 :
-        Construction d’un puits dans le village de Yanca à Matéri pour les habitants.
-        Fin des travaux de construction du puits dans le village de Kouba à Kouarfa.
-        Fin des travaux de construction du puits dans le village de Ouri-Yori à Dassari.

Dans le nord du Bénin il existe deux saisons : la saison des pluies de mai à octobre et la saison sèche. Dans ce contexte, est née l'idée de recueillir l’eau lorsqu'elle est abondante, dans des bassins aménagés à cet effet, afin de la redistribuer au moment où il ne pleut plus. Elle devient alors très utile pour développer les cultures maraîchères à proximité, source de revenu pour les ménages, mais également pour abreuver les animaux.

2011 :
-        Construction d’une retenue d’eau à Gouandé (à titre expérimental).

2013 :
-        Création de deux retenues d’eau pour l’irrigation des cultures, l’abreuvage des animaux pendant les périodes sèches dans les régions deTantéga et de Dassari.
-        Restauration de la retenue d’eau de Gouandé.

2014 :
-        Aménagement et renforcement des retenues d’eau de Tantéga et de Dassari.

Cuiseurs collectivité Tanguiéta

La plupart des familles utilisent encore le foyer traditionnel à « trois pierres » pour la préparation des repas. Or ce type de foyer présente des inconvénients importants en matière de consommation de bois (déforestation) et de santé par l’émission de fumées nocives. Pour ces raisons, l’association Matéri Pays de Loire, en partenariat avec l’ONG nantaise BI-SS, développe et diffuse chaque année des centaines de foyers du type « rocket stove », économes en bois et peu polluants, dans toute la région à la grande satisfaction des utilisatrices.







2002 :
-        Promotion de cuiseurs solaires : 5 sont réalisés et testés à l’atelier de Gouandé.

2003 :
-        Construction de 55 cuiseurs solaires à Gouandé.

2004 :
-        Construction de 21 cuiseurs solaires destinés à un groupement de femmes de Gouandé.

2005 :
-        Promotion de cuiseurs à bois économes : 14 sont réalisés à Matéri et mis en service chez différents utilisateurs.

2008 :
-        Participation à 50% pour la réalisation de 60 cuiseurs à bois.
-       Démarrage du projet 1000 cuiseurs à bois économes (CBE) pour l’Atakora en partenariat avec l’ONG nantaise BI-SS (Bolivia inti-Sud Soleil). Financement acquis.

2009 :
-        Réalisation de 270 CBE dont 100 destinés à des familles pilotes aux fins de labellisation.

2010 :
-        Réalisation de 315 CBE.

2011 :
-        Réalisation de 270 CBE.
-        Réalisation de 12 CBE « collectivités » financés à 60% par Matéri.

2013 :
-        Réalisation de 225 CBE.
-        Réalisation de 12 CBE « collectivités » financés à 60% par Matéri.

2014 :
-        Réalisation de 225 CBE.
-        Réalisation de 12 CBE « collectivités » financés à 60% par Matéri.

2015 :
-        Réalisation de 12 CBE « collectivités » financés à 60% par Matéri.

2016 :
-        Il a été livré 90 CBE aux hôpitaux de Tanguiéta et Natitingou et 270 CBE dans les régions de Kouarfa, Natitingou et Porga.

next
prev